Un univers de communication saturé

Avec le développement des outils numériques, communiquer auprès des pouvoirs publics est à la fois plus simple et plus complexe. Plus simple car le choix est plus vaste et permet de mieux adapter le canal utilisé à sa cible, son objectif, son image, la sensibilité du dossier, etc. Mais plus complexe car les outils sont accessibles à tous, partout, à tout heure et que les messages sont souvent plus visibles. Plus complexe aussi du fait de l’interconnectivité croissante des acteurs économiques et d’une relation au temps de plus en plus accélérée.

Dès lors, comment émerger dans cette masse d’information ? Comment sortir du lot, alors que l’on baigne soi-même cet univers de communication saturé ? Comment faire la différence et être écouté (et non pas simplement entendu) ? Comment communiquer avec impact auprès des pouvoirs publics et promouvoir (ou défendre) plus efficacement ses intérêts ?

La place parfois oubliée de la créativité

Certes, les arguments en eux-mêmes sont essentiels tout comme la façon de les présenter et le choix des bons interlocuteurs et relais. Certes, la crédibilité et la légitimité de celui qui approche les pouvoirs publics sont cruciales. Mais il n’y a pas que cela. La créativité ne doit surtout pas être oubliée, tout en demeurant bien sûr dans le cadre et les codes de ces interactions avec les élus et les administrations.

Un bel exemple

L’une des plus récentes illustrations nous vient de l’Assemblée nationale où dix députés (de plusieurs partis) ont récemment déposé une proposition de loi visant à réduire la présence des écrans publicitaires numériques en divers lieux, y compris les toilettes. Plusieurs arguments sont mis en avant, mais cette proposition de loi (que l’on pourrait qualifier de proposition de loi d’appel puisque son objectif réel est de susciter le débat) serait peut-être restée méconnue si nos parlementaires avaient juste respecté la procédure de l’Assemblée. Or, ils l’ont certes respectée mais ils ont fait preuve de créativité en lui donnant un nom qui suscite l’intérêt, surprend et nous incite à en savoir plus : « Proposition de loi pour le droit d’uriner en paix ». Les scores sur Twitter, par exemple, sont assez significatifs. Et certains parlementaires sont même interrogés par la presse sur ce texte. Quant au contenu lui-même, il est à la fois humoristique et grave, sérieux. L’objectif est atteint : avec en moyenne 200 propositions de loi déposées chaque année à l’Assemblée, celle de nos 10 parlementaires n’est pas passée inaperçue !

« La meilleure façon de ne pas réussir, c’est de ne pas tenter »

Il en va de même en matière de communication avec les pouvoirs publics : être créatif est un outil permettant une meilleure communication, et donc une communication plus efficace. Certes, cela implique une prise de risque mais si l’éthique et les codes sont respectés, le risque n’est pas bien grand. Il est donc essentiel de chercher des solutions en-dehors de la boîte qui se trouve devant nous, comme le disent les Anglosaxons. Explorons de nouveaux univers, de nouveaux partenariats, de nouveaux supports, de nouvelles interactions. Le consommateur évolue, l’entreprise fait de même… tout comme les administrations et les élus. Le monde des affaires publiques et du lobbying n’est pas un univers figé : à la fin du 19ème siècle, les chefs d’entreprise américains rencontraient le président des Etats-Unis dans le lobby de l’hôtel Willard. Au 21ème siècle, les entreprises invitent les présidents dans leurs usines et certains parlementaires se prêtent à des échanges de métiers afin de mieux comprendre ceux qu’ils régulent. Innovons et créons : le dialogue n’a jamais été aussi nécessaire entre la sphère publique et la sphère privée !

Ludovic Espitalier-Noël http://www.influences-reputation.com

Renforcer sa compétitivité est enfin devenu accessible !L'agence de communication institutionnelle qui casse les codes et vous offre 10% de réduction

Nous voulons que vous puissiez bien plus facilement accéder aux outils qui renforcent votre compétitivité. C'est pourquoi nous avons développé ces formules. Vous ne les trouverez pas ailleurs sur le marché français voire européen : nous avons cassé les codes en terme de transparence, de prix et de service ! 

Et nous vous offrons 10% de réduction si vous souscrivez à l'une de ces formules avant le 30 juin.

venenatis, mattis massa at facilisis suscipit sit elementum