Qui aurait cru que ma petite industrie allait un jour l’emporter face à de grands groupes ? Visiblement, tout n’est pas qu’une question de moyens financiers !

InduBati est une industrie de 15 salariés dont les clients se trouvent principalement en Bretagne et dans les Pays de la Loire. Ayant développé une technologie moderne de prévision d’usure des bâtiments publics, elle permet notamment à ses clients de réduire les primes que ces derniers versent aux assureurs. De plus, cette même technologie permet d’autres importantes économies puisque InduBati aide ses mêmes clients à anticiper les réparations de structure et les gros chantiers à venir.

Néanmoins, malgré cette innovation, le chiffre d’affaires de l’entreprise ne croît que très modérément et le nombre des clients n’augmente pas. InduBati en découvre vite la raison : elle n’a remporté aucun marché public avec appel d’offres. Seuls de très grands groupes en ressortent victorieux. La PMI de l’Ouest explique cela par sa faible taille, sa difficulté à atteindre des économies d’échelle et un nombre limité de collaborateurs disponibles et en mesure de pouvoir répondre, semaine après semaine, aux appels d’offres.

InduBati s’inquiète puis se résigne avec fatalisme : elle n’est qu’une toute petite industrie, inconnue, face à de grands groupes aux moyens bien plus imposants. Pour se convaincre qu’elle a bien tout essayé, elle sollicite les conseils d’un expert en affaires publiques. A sa grande surprise, et moyennant des honoraires bien inférieurs à ce qu’elle imaginait, cet expert accepte de travailler avec InduBati et propose d’essayer de modifier la loi pour qu’en matière d’assurance des bâtiments publics, un pourcentage minimum des contrats soit réservé à des PME-PMI.

Après diverses démarches et actions pendant moins d’un an, le Code des marchés publics est modifié, réservant aux PME/PMI 20 % des contrats liés aux assurances des bâtiments publics. Avec un budget relativement faible, InduBati est parvenu à obtenir gain de cause, malgré les fortes oppositions de grands groupes.

Aujourd’hui, quelques années après cette évolution législative, le nombre des clients d’InduBati s’est accru de 24% et son bénéfice de 27%. Elle sait désormais que ce n’est pas la somme allouée qui est essentielle mais la façon de procéder.