Le dirigeant fondateur

D’origine bretonne, Ludovic Espitalier-Noël est marié et père de trois enfants. Le débat public l’a toujours passionné, notamment depuis le Traité de Maastricht, en 1992. Dès lors, il n’a cessé de s’intéresser à l’impact du politique sur la vie des entreprises et des associations.

Il a d’abord travaillé en banque d’investissement et en société de bourse, avant d’être recruté par une banque coopérative. En parallèle, il fut conseiller municipal à Paris et membre actif de l’Alliance avec les Chrétiens en Politique (ACEP). Devenu collaborateur au sein d’un cabinet international de conseil en affaires publiques, il a conseillé, à Paris et Bruxelles, un très grand nombre d’entreprises de toute taille, de fédérations professionnelles et d’associations. Fort de différentes victoires législatives et ayant contribué à l’amélioration de réputations, il fut ensuite recruté par une multinationale américaine. Il en dirigea les affaires publiques pour la France, la Belgique, les Pays-Bas, , l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg.

Titulaire d’une maîtrise en sciences de gestion (Paris Dauphine), Ludovic est par ailleurs diplômé en lobbying et relations européennes (Institut catholique de Paris) ainsi qu’en droit européen de la concurrence (King’s College London).

Homme de convictions, il a toujours aimé s’investir dans le bénévolat : outre l’ACEP, il fut membre associé au conseil d’administration de DLF Bruxelles (Défense de la Langue Française). Aujourd’hui, il est trésorier de l’Association France – Maurice et officier de réserve dans la Marine française. Il est également titulaire de la Médaille de la Ville de Paris.

Amateur de piano, il est l’auteur de romans et d’un ouvrage politique : « Présidentielles 2012 : la campagne en petites phrases ».

Ludovic-Espitalier-Noel-expert-affaires-publiques-influence-reputation-lobbying-Bretagne-France-public-policy-European-Union

Avoir voulu créer son propre cabinet de conseil en affaires publiques n’était pas uniquement un projet entrepreneurial : c’était un projet de vie mettant davantage en adéquation ses valeurs, ses convictions, son attachement à un territoire et ses compétences, au service de causes lui tenant à cœur.

Notre déontologie :

les 4 exigences éthiques d'Influences & Réputation

Notre métier est centré sur l’influence et la nécessité de convaincre. Il ne peut être exercé efficacement sans une profonde éthique et déontologie. Les experts du secteur ne cessent d’ailleurs de le souligner. Très tôt, les consultants en affaires publiques se sont auto-régulés, avant que les décideurs publics (français ou européens) n’imposent leurs propres règles de transparence.

L'éthique, pour Influences & Réputation , repose sur quatre exigences fondamentales :

deontologie

Nous refusons de travailler simultanément pour des entreprises concurrentes, ou d’avoir un rôle (même bénévole) dans une structure pouvant être impliquée dans l’un de nos dossiers. Nous refusons aussi d’être rémunéré par une structure relevant de la sphère publique, quel que soit le niveau (cabinet ministériel, cabinet parlementaire, etc.). Nous refusons a fortiori d’embaucher un collaborateur ayant en parallèle toujours une relation contractuelle avec un décideur public. Nous refusons également que les collaborateurs de notre cabinet soient élus au niveau national ou européen. Pour tout mandat local, nous nous assurons qu’aucun collaborateur concerné ne puisse être impliqué dans sa circonscription d’élection.

Nous ne dissimulons pas l’identité de nos clients et tenons la source de nos données / argumentaires à la disposition de ceux que nous rencontrons. Notre cabinet est également enregistré dans les divers fichiers mis en place par les autorités françaises, en particulier le répertoire de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Nous estimons que la meilleure façon de travailler avec les autorités publiques est de leur présenter, sans artifices ni mensonges ni dissimulations, vos arguments et points de vue. Nous préférons également faire état de notre ignorance sur un aspect donné plutôt que de communiquer une fausse information.

Nous refusons que les décideurs publics, entre autres, soient rémunérés par notre cabinet, d’une façon ou d’une autre. Nous accordons également la plus haute importance à la confidentialité des informations qui nous sont transmises et aux dossiers dont nous avons la charge. Nous nous engageons par ailleurs à respecter toute règle émanant des autorités et structures publiques, quel qu’en soit le contexte.