Un mouvement de centralisation ?

A tort ou à raison, les acteurs économiques estiment assister de plus en plus à un mouvement de verticalisation alors que notre pays aurait besoin de davantage d’horizontalité. Alors que les concepts de décentralisation, de territorialisation et d’imminent droit à la différenciation sont sur beaucoup de lèvres, de plus en plus estiment en effet que les initiatives locales sont muselées par des décisions venant « d’en haut », centralisées. La vraie subsidiarité n’existerait plus puisque seuls les pouvoirs parisiens trancheraient.

D’où cette question qui nous est souvent posée : est-il encore pertinent d’agir auprès des pouvoirs publics ? En d’autres termes, puisque les décisions nous sont imposées d’une façon ou d’une autre, doit-on encore chercher à dialoguer ? Ou dit d’une autre façon : cela vaut-il encore la peine de chercher à influencer ceux qui nous donnent des ordres ?

Quelle réponse ?

La réflexion est pertinente et la réponse est contre-intuitive : oui, absolument, cela vaut la peine de chercher à influencer ceux qui nous donnent des ordres ! Oui, absolument, dans un mouvement de centralisation de certaines décisions, il est essentiel de renforcer le dialogue avec les pouvoirs publics !

Plusieurs raisons expliquent cela :

  • Tout d’abord, en matière de relations publiques, on se doit de d’abord dialoguer avec ceux qui ont une influence directe ou indirecte sur notre activité. Si l’on estime que des ordres nous sont donnés, ou que la centralisation est de plus en plus forte, alors il convient de renforcer ce dialogue avec les décideurs publics. On n’influence que ceux qui décident ! Plus de décisions : plus de travaux d’influence !
  • Par ailleurs, les pouvoirs publics ont toujours eu besoin de l’expertise qu’ils n’avaient pas, et plus une société se veut démocratique, plus le partage d’expériences et de réflexions est le bienvenu. Il s’agit en revanche d’apporter une réelle expertise, factuelle, contributive, et non pas d’apporter une nouvelle revendication égocentrée.
  • Enfin, le politique et les administrations ont pour objectif (entre autres) de décider en s’assurant que les effets induits de leurs décisions atteindront leurs objectifs. Il en va souvent de leur réélection ou de leur évolution de carrière. Une bonne décision est une décision qui génère beaucoup d’incidences positives

Du dialogue, toujours du dialogue

Ce n’est que dans le dialogue que les pouvoirs publics peuvent mener, au mieux, la politique qu’ils se sont fixée. Et ce n’est que dans le dialogue que les entreprises et les associations (professionnelles et caritatives) peuvent promouvoir et défendre, au mieux, leurs intérêts. Il en va donc de l’efficacité de chacun, et donc de la compétitivité des acteurs économiques. Centralisation ou pas, verticalisation ou pas, contribuer aux réflexions et travaux de ceux qui décident est par conséquent crucial !

Ludovic Espitalier-Noël www.influences-reputation.bzh

Renforcer sa compétitivité est enfin devenu accessible !L'agence de communication institutionnelle qui casse les codes et vous offre 10% de réduction

Nous voulons que vous puissiez bien plus facilement accéder aux outils qui renforcent votre compétitivité. C'est pourquoi nous avons développé ces formules. Vous ne les trouverez pas ailleurs sur le marché français voire européen : nous avons cassé les codes en terme de transparence, de prix et de service ! 

Et nous vous offrons 10% de réduction si vous souscrivez à l'une de ces formules avant le 30 juin.

Phasellus ultricies venenatis quis, ut id, lectus accumsan Donec odio